Diagnostic

1. Les problématiques associées à la qualité de l’eau

Les problématiques associées à la qualité de l’eau concernent principalement la contamination de l’eau par l’augmentation de la concentration des micro-organismes (pathogènes, coliformes fécaux, etc.), des pesticides et des produits chimiques, des éléments nutritifs (phosphore, azote, etc.), des matières en suspension (MES), des métaux lourds et des hydrocarbures.

Cette section du diagnostic vise donc à tenter de déterminer les causes de la dégradation de la qualité des eaux de surface et des eaux souterraines des bassins versants des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon. Il s’agit de mettre l’accent sur les différentes pressions exercées sur la qualité de l’eau en effectuant un diagnostic approfondi des secteurs forestier (coupe et voirie), agricole, municipal, récréotouristique, industriel et commercial, entre autres. La méthodologie utilisée dans cette section aborde d’abord les causes qui permettent de faciliter l’identification des problèmes liés à la contamination de l’eau.

  • Le secteur forestier

Près de 44% de la superficie de la zone de gestion de l’OBV RPNS est sous affectation forestière, plaçant l’économie issue de la foresterie parmi les plus rentables. Les activités de coupe et voirie constituent les principales activités susceptibles d'impacter la qualité de l'eau.

  • Le secteur agricole

La topographie des bassins versants des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon révèle deux types de relief définis par la présence de basses terres au sud et de terres assez élevées au nord. Les activités agricoles sont présentes dans les plaines du lac Nominingue et dans les basses terres de la rivière Rouge, mais sans influence majeure sur les ressources en eau puisque selon le MAPAQ (2014), l’agriculture n’est pas un secteur d’activité qui prélève des quantités importantes d’eau. La pollution de l’eau par les activités agricoles prend quatre formes principales, soit l’enrichissement en éléments nutritifs (azote et phosphore), la contamination par les pesticides et l’augmentation des MES et des coliformes fécaux (Roy 2002). Certaines pratiques agricoles (absence de bandes riveraines agricoles, divagation du bétail dans les plans d’eau, gestion des fumiers et intrants chimiques) contribuent au problème de contamination de l’eau de surface et de l’eau souterraine.

  • Le secteur municipal

Le secteur municipal affecte la qualité de l’eau par différentes sources de contaminations telles que les apports en éléments nutritifs, métaux lourds, micro-organismes pathogènes (coliformes fécaux) et autres. Les principales causes de ces contaminations sont les débordements d’égouts, les eaux de lixiviat, les eaux usées des stations d’épuration, l’entretien traditionnel des fossés, la gestion des eaux de ruissellement, les neiges usées et les sels de déglaçage et abrasifs.

  • Le secteur récréotouristique

Avec 22.2 % de l’affectation du territoire de la zone de gestion, donc deuxième après la foresterie, le récréotourisme demeure très important dans les bassins versants des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon. Les activités qui en sont issues peuvent générer d’importants contaminants, particulièrement pour les eaux de surface. Ces pressions sont principalement causées par l’artificialisation des rives, les activités nautiques (embarcations motorisées), les impacts des VHR et jeep dans les rivières, les installations sanitaires, les produits de lavage des bateaux et les terrains de golf. Les impacts potentiels du développement de la villégiature et du récréotourisme sur le territoire justifient l’importance de bien gérer l’implantation et la croissance de cette activité afin d’éviter la dégradation du milieu et ainsi assurer la pérennité de la richesse économique et écologique du territoire.

Activités nautiques au lac Simon

Activités nautiques au lac Simon

  • Le secteur industriel et commercial

Dans les bassins versants des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon, seuls quelques industries et commerces, particulièrement les sites d’extraction de substances minérales de surface et les usines de pâtes et papiers, ont des effets directs sur la qualité de l’eau.

  • Le milieu biologique

Le milieu biologique contribue à la dégradation de la qualité de l’eau de la zone de gestion par le biais d’une mauvaise gestion des barrages de castors, des matières fécales de la faune et de l’utilisation du BT qui sont les principales causes de la contamination de l’eau.

Barrage de castors à Lac-des-Plages
Barrage de castors à Lac-des-Plages

2. Les problématiques associées à la quantité d’eau et à la sécurité

Les problématiques associées à la quantité d’eau et à la sécurité englobent la disponibilité de l’eau potable et la surconsommation, le risque d’inondation, l’approvisionnement en eau potable en quantité suffisante, la modification des débits et l’érosion des berges. L’absence de données ou d’études constitue le principal handicap pour l’analyse des problématiques relatives à la quantité d’eau et à la sécurité.

3. Les problématiques associées aux écosystèmes

Certaines activités anthropiques représentent de véritables menaces pour les écosystèmes naturels des bassins versants des rivières Rouge, Petite Nation et Saumon. Les problématiques associées aux écosystèmes sont la prolifération de cyanobactéries, la perte de milieux humides, la perte de biodiversité et d’habitats fauniques, la prolifération des herbiers aquatiques, la prolifération des espèces exotiques envahissantes et la limitation à la libre circulation des espèces fauniques.

4. Les problématiques associées à l’accessibilité de l’eau et la culturalité

Les problématiques associées à l’accessibilité de l’eau et à la culturalité concernent principalement la privatisation des lacs et le problème d’accès aux plans d’eau, la cohabitation entre les usagers de l’eau, l’augmentation de la valeur foncière des propriétés riveraines et son antagoniste, la dépréciation des valeurs foncières.

Merci à nos membres de soutien!